Quelle bonne idée d'avoir conservé le titre original "home" pour cet ouvrage, qui dans notre langue ressemble tant à Homme...

Image 014

Toni Morrison nous y parle d'hommes, justement. Elle nous plonge d'une façon extrêmement efficace dans le monde des hommes noirs dans les années cinquante. Le retour de guerre de l'un d'eux y paraît presque anodin à côté du racisme vécu au quotidien. Racisme et barbarie.

Le style est lapidaire; les phrases sont courtes, rythmées. La nature est omniprésente.

Le récit tourne en rond, comme sur lui-même, comme s"il s'agissait d'un éternel recommencement.

Franck MONEY et sa soeur sont pauvres, pauvres et noirs. Livrés à eux-mêmes dès l'enfance. Ils ont cherché à fuir leur village et leur maison dès l'adolescence... Ils ont fui les leurs, en pensant qu'ailleurs, cela serait mieux.

Ailleurs se révèle pire. L'un et l'autre sont allés au bout du monde, au bout d'eux-même. Atteints dans leur chair et dans leur âme, ils retournent à la maison.

Et deviennent enfin un homme et une femme. Des êtres responsables.

 

Ce livre est admirable par la force de son contenu, et par le style d'écriture qui mélange poésie, récit descriptif, récit à la première personne...sans jamais nous ennuyer.

Haletant et bouleversant.

Rosa