Les voyages en train ont l'avantage de nous permettre de belles lectures, dans un havre relativement tranquille, bercé par le bruit ronronnant de nos magnifiques TGV... j'y ai découvert hier l'humour subtil qui anime Jean-Louis FOURNIER dans "Veuf" aux éditions Stock, lu d'une traite...Ce petit livre est un chapelet de perles enfilées avec amour et tendresse. On y rigole beaucoup, on a le coeur serré souvent...

Mon amoureux ne m'attendait pas à la gare, je l'ai vraiment vécu comme un manque après avoir lu une si belle déclaration d'amour!

 

Jean-Louis FOURNIER y relate ses premiers mois de solitude après le décès soudain de son épouse.

L'air de rien, l'air de rire, même pas mal...

Tu parles...

" Aujourd'hui, en regardant ses photos, je m'aperçois qu'elle était aussi belle que la femme des autres".

"J'ai été amputé de toi sans anesthésie. On m'a retiré ma moitié, ce que j'avais de mieux.Je m'arrose de ton parfum pour que tu repousses."

 

Tous les couples se retrouveront dans ce livre, le quotidien y est magnifiquement décrit, et en fin de compte, n'est-il pas beau et doux à vivre, ce quotidien, si l'on est deux amoureux?

Jean-Louis FOURNIER m'a donc fait comprendre que de voir mon homme avachî dans le canapé, chaussettes trouées aux pieds, est un moment de grâce, et oui, de grâce, car j'en suis amoureuse!!  profitons donc de ces moments, tant qu'ils durent, savourons les, nous n'avons pas conscience de notre chance...

et je me suis faite la réflexion suivante, si le titre du livre avait été "veuve", je ne l'aurais pas acheté. Par superstition.

Jean-Louis FOURNIER écrit d'ailleurs:

 "tu aurais pu avoir un peu de patience, attendre qu'on parte ensemble. On dit que la fin du monde est proche."

"j'ai toujours pensé égoïstement que j'aurais la chance de mourir le premier."

 

Nous sommes donc tous les mêmes, un peu égoîste, un peu peureux...mais, au moins, grâce à ce livre, aujourd'hui, je vais me permettre de vivre mon quotidien ordinaire comme une suite de moments extraordinaires...

Je vais donc de ce pas rejoindre mon homme sur le canapé.

 

Rosa